Automobile

Les motos les plus célèbres du cinéma

Le chopper Harley-Davidson, héros mécanique du film 'Easy Rider' rapidement devenu culte.

Harley-Davidson, Triumph, Indian Scout. . . Certaines motos ont eu le privilège d’avoir leur quart d’heure de gloire au cinéma. Tour d’horizon des modèles à deux roues légendaires aperçus sur le grand écran.

Les motos, meilleures amies de l’homme en quête de liberté

En 1969, le cinéaste et acteur Dennis Hopper bouleverse l’Amérique avec « Easy Rider ». L’histoire est simple : deux marginaux en quête d’un idéal qu’ils ont bien du mal à dénicher avalent les kilomètres au guidon de leurs engins à moteur. Si Dennis Hopper et Peter Fonda brillent à l’écran, force est de constater qu’ils se font piquer la vedette par leurs motos, à savoir des Harley-Davidson Panheads de 1951 transformées en chopper. Des bolides mythiques taillés pour les voyages au long cours. Dans un genre similaire, le sex-symbol des années 50, Marlon Brando, crée la sensation en chevauchant une Triumph Thunderbird 6T dans le drame « L’équipée sauvage ».

Toujours dans cette quête de liberté, difficile de ne pas penser à la Brough Superior SS100 présente dans le film « Lawrence d’Arabie » et considérée comme la « Rolls-Royce de la moto ». Ou encore à la Triumph TR6 de 1962 volée par le Capitaine Virgil Hilts pour s’évader d’un camp de prisonniers allemand dans « La Grande Évasion ». Pour la petite histoire, la moto utilisée par Steve Mcqueen a été déguisée pour ressembler au modèle BMW R75 de l’armée allemande.

Les motos, alliées de premier choix pour les sportifs de l’extrême

Au fil des années, l’utilisation des motos a évolué. Les riders ont commencé à modifier leurs engins, en trafiquer la mécanique et les délester du poids superflu. Le but de ces manoeuvres ? Les transformer en machine à records et en sensations fortes démoniaques. Une pratique qui est notamment aperçue dans le film « Burt Monro » avec Anthony Hopkins. Prêtant ses traits à l’un des plus célèbres amateurs de vitesse au monde, l’acteur pilote une superbe Indian Scout de 1920 améliorée pour atteindre les 295, 453 km/h.

Dernièrement, c’est une motocross qui a fait parler d’elle dans le remake du film culte de Kathryn Bigelow, « Point Break ». Et plus exactement une Kawazaki KLX 140. Engin tout terrain à la reprise infernale, elle permet au héros du film Bodhi de se faire quelques frayeurs. . .

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.