Actu People

Les vrais noms des stars du cinéma français

Vous trouviez que le nom Marceau était chic et qu'il allait comme un gant à notre Sophie ? C'est vrai que Maupu, son vrai nom, sonne moins bien.

Que peuvent bien avoir Sophie Marceau et Jean Reno en commun, en dehors d’être des acteurs français qui ont percé à Hollywood ? Ces deux figures du cinéma tricolore ont tout simplement pris un nom d’emprunt pour se lancer dans le show-business. Vous allez voir que dans certains cas, on comprend mieux pourquoi ils ont opté pour un pseudo. . .

Des noms pas très strass et paillettes

Les pseudonymes ne sont pas l’apanage des stars hollywoodiennes. Chez nous aussi, pour percer il faut parfois savoir renoncer à un nom trop complexe, banal ou pas franchement glamour. Prenons l’exemple de Sophie Marceau, qui se nomme en réalité Sophie Maupu. Comme quoi, l’ ancienne James Bond Girl ne se limite pas à des frasques lors de ses montées des marches à Cannes, à coup de décolleté « plongeant » et de culotte sur la Croisette ! Dans le style peu attrayant, la liste est assez longue. On a par exemple, Véronique Genest (Combouilhaud), Mireille Darc (Aigroz), Anny Duperay (Legras).

Pas très sexy non plus, le vrai nom de famille de Vincent Cassel est Crochon. On comprend sa décision d’en changer. Et forcément, sa demi-soeur Cécile, alias HollySiz, l’a suivi. Un cas de figure qui rappelle évidemment celui de feu Patrick Dewaere et de sa fille Lola, qui ont choisi ce nom à la place de Bourdeaux, tandis que Miou-Miou, l’ex compagne du défunt, s’appelait Sylvette Herry.

Au rayon des pseudonymes d’acteurs, on a aussi ceux qui ont rectifié une orthographe qui ne leur plaisait pas, comme Patrick Bouchitté, devenu Bouchitey. Et il y a les inexplicables : Catherine Deneuve (née Dorléac), José Garcia (né Doval), Jean Gabin (né Moncorgé), Arielle Dombasle (née Sonnery de Fromental), ou encore Claude Brasseur (né Espinasse).

Exit les noms à consonance étrangère

Si quelques-uns assument des noms qui peuvent paraître « exotiques », comme Omar Sy, ou Medi Sadoun, brillant dans « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », d’autres sont plus frileux. Le nom Benguigui par exemple, ne semble pas convaincre les aspirants acteurs. En effet, Patrick Bruel et Richard Berry, tous deux nés avec ce patronyme, n’ont pas souhaité le conserver. Drôle de hasard, quand on repense aux rôles opposés que tenaient les deux hommes dans le film d’Alexandre Arcady, « L’union sacrée ». Décidément, les noms originaires d’Afrique du Nord ne résistent pas à la vocation, et Danny Hamidou, devenu Danny Boon, ne fait pas exception !

Il en va de même pour d’autres noms étrangers, jugés trop difficiles à prononcer ou à écrire, ou tout simplement trop longs. Josiane Balaskovi? est ainsi devenue Josiane Balasko pour le grand public. Dans le même registre, Jean Reno s’est débarrassé de la première syllabe de Moreno (son nom de naissance complet est Juan Moreno y Herrera-Jiménez), et sa carrière lui a donné raison. Il y a aussi ceux qui optent pour la francisation, soit fidèle soit carrément éloignée, comme Charlotte Gainsbourg (initialement Ginsburg), ou Virginie Ledoyen (Fernandez), sans oublier Clémentine Célarié pour le prénom (Meryem en réalité).

Dans le passé déjà, les artistes qui changeaient de nom pour atteindre la gloire était monnaie courante. On se souvient de feu Michel Auclair, grand comédien de théâtre jusqu’à la fin des années 1970, également très prolifique dans le 7e art. Le véritable nom de ce Français d’origine allemande était Vladimir Vujonic. Quant à Gilbert Bécaud, à l’état civil il s’appelait François Silly. Rien à voir donc ! Et qu’en est-il de notre cher Bourvil ? Avec un nom aussi court, il ne pouvait s’agir que d’un pseudonyme. En l’occurrence, ce monstre sacré du cinéma français s’appelait André Raimbourg. D’autres ont décidé d’adopter un surnom proche de leur vrai nom, comme Michel Colucci, alias Coluche, ou Fernandel, aka Fernand Contandin.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.