Sport

Foot : la Chine dynamite le mercato d’hiver 2017

C'est le plus gros coup de ce mercato d'hiver 2017 tous championnats confondus. Le Shanghaï Shenhua a réussi à arracher Carlos Tévez à son club de cœur, Boca Juniors, avec lequel il comptait finir sa carrière. Il profitera finalement d'une pré-retraite dorée en Chine, avec un salaire hallucinant de 38 millions d'euros par an.
1-gettyimages-vcg-carlos-tevez

On commence à s’y habituer… À chaque marché des transferts, la Chine n’hésite plus à viser les plus grandes stars de la planète football, en dégainant des sommes d’argent hallucinantes. Cet hiver, les clubs de l’Empire du milieu se sont montrés particulièrement agressifs, au point de faire de l’Argentin Carlos Tévez le joueur le mieux payé de la planète. Et si les autorités locales ont décidé de calmer le jeu, en prenant des mesures visant à limiter le nombre de joueurs étrangers en Chinese Super League, certaines grandes stars du ballon rond n’ont pas hésité à poser leurs valises en Chine cet hiver.

Une puissance financière sans limites

Alors qu’on le croyait parti pour finir sa carrière à Boca Juniors, son club formateur, Carlos Tévez a finalement décidé de signer un contrat de deux ans en faveur du Shanghaï Shenhua. Un choix motivé par l’aspect financier de la transaction. En effet, si le montant du transfert, estimé à 10,5 millions d’euros, reste raisonnable, le salaire de l’Argentin a de quoi faire tiquer. Avec des émoluments estimés à 38 millions d’euros par saison, il deviendrait le footballeur le mieux payé de la planète. À noter qu’il est suivi dans ce classement par un compatriote expatrié en Chinese Super League, l’ex-joueur du PSG Ezequiel Lavezzi, qui touche 26,5 millions d’euros par an au Hebei Fortune. Le podium est complété par un autre nouveau venu dans le championnat chinois, l’international brésilien Oscar. Vendu par Chelsea au Shanghaï SIPG contre la somme exorbitante de 60 millions d’euros, il toucherait 25 millions d’euros par saison. Voilà de quoi convaincre un joueur prometteur, âgé de seulement 25 ans, de s’exporter dans un championnat dénué de tout intérêt sportif…

Début janvier, c’est l’international belge Axel Witsel qui s’est laissé séduire par le Tianjin Quanjian. Les dirigeants du club chinois ont déboursé 20 millions d’euros pour l’arracher au Zenith Saint-Pétersbourg. Le joueur, lui, toucherait 18 millions d’euros par saison. Mais alors que le mercato chinois partait sur les chapeaux de roue, avec des transferts impressionnants, les autorités chinoises ont décidé de freiner les ardeurs des clubs locaux. Désormais, seuls trois joueurs étrangers peuvent disputer un match simultanément, contre quatre auparavant. Du coup, les coups d’éclat se sont fait plus rares depuis cette décision prise à la mi-janvier. Deux joueurs d’envergure, laissés libres par leurs clubs respectifs, ont tout de même fait le choix de partir dans le championnat chinois. Le Nigérian John Obi Mikel a quitté Chelsea, où il évoluait depuis plus de dix ans, pour rejoindre les rangs du Tianjin Teda. Il y toucherait un salaire estimé à 8,5 millions d’euros. Ricardo Carvalho, sacré champion d’Europe l’été dernier avec le Portugal, a quant à lui rejoint le Shanghaï SIPG. Âgé de 38 ans, il y finira très probablement sa carrière, ponctuée d’un nombre impressionnant de titres.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.