Box-office

Cinéma : adaptations de jeux vidéo, un pari à haut risque

Nike x Olivier Rousteing : l'alliance du foot et de la mode

Les adaptations de jeux vidéo cultes au cinéma se soldent rarement par un succès au box-office. À ce petit jeu-là, seuls quelques films tels que « Lara Croft : Tomb Raider », avec la séduisante Angelina Jolie dans le costume de l’aventurière, font figure d’exception. Pourtant, l’industrie cinématographique continue de miser sur les jeux vidéo. L’année 2016 n’échappe pas à la règle, avec la sortie d' »Angry Birds » le 11 mai dernier, celle de « Warcraft » aujourd’hui et celle d' »Assassin’s Creed » en fin d’année. Zoom sur un genre cinématographique périlleux, mais qui continue d’attirer les réalisateurs.

Le gamer, un spectateur très exigeant

Sur le papier, les jeux vidéo et le cinéma semblent faits pour s’entendre. En effet, les deux univers font la part belle à l’imaginaire et aux effets spéciaux. Cela dit, notre rôle diffère d’un monde à l’autre. Nous passons du statut d’acteur sur console à celui de simple spectateur dans les salles de cinéma. Les développeurs intègrent dans leurs jeux la plupart des codes cinématographiques, rendant plus difficile encore leur transposition sur grand écran.

Le gamer est généralement exigeant, quel que soit le type de long-métrage visionné. Mais lorsqu’il s’agit d’adapter un jeu au cinéma, c’est encore pire. La dose d’adrénaline qu’on lui enlève doit être compensée d’une façon ou d’une autre dans le film, chose ô combien difficile à réaliser en pratique. Pour cette raison, l’ensemble de la communauté des gamers critique par exemple la prestation de Jake Gyllenhaal dans « Prince of Persia », ou celle de Rupert Friend dans « Hitman : Agent 47 ».

L’adaptation des films en jeux, un pari moins risqué

Malgré la difficulté du défi, les réalisateurs continuent d’essayer de créer de bons films inspirés par des jeux vidéo. Les studios et les cinéastes sont conscients qu’ils peuvent s’aider mutuellement, et que leur alliance peut générer d’énormes revenus. Mais le pari inverse semble moins risqué. Adapter des films en jeux vidéo est une recette qui se montre plus efficace. Il suffit de prendre comme exemple James Bond. Depuis 1983, l’agent secret britannique est un véritable héros de jeux vidéo. Il compte des dizaines de titres à son nom. Même chose pour Matrix, qui a su convertir le spectateur en consommateur.

Depuis quelques années, les jeux vidéo classiques s’imposent également sur nos téléphones portables. Nous vous proposons de découvrir les meilleures adaptations de titres cultes sur smartphone.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.