Photos

Les films français censurés ou interdits à l’étranger

'La Vie d'Adèle' d'Abdellatif Kechiche a été interdit aux moins de 18 ans dans plusieurs pays.

Si certains films français ont cartonné à l’étranger, comme « Amélie Poulain », « Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ? » ou  » Lucy « , d’autres ont créé la polémique et se sont vus censurés ou interdits en salles. Quels sont ces long-métrages qui ont choqué la morale hors de nos frontières ?

Irréversible, La Vie d’Adèle : ces films qui ont choqué à l’étranger

En France, c’est la Commission de classification des oeuvres cinématographiques qui juge lorsqu’un film doit être interdit aux moins de 12, 16 ou 18 ans. A l’étranger aussi, les long-métrages sont classifiés avant leur diffusion en salles. Les restrictions ne sont pas les mêmes qu’en France et sont parfois bien plus sévères !

Ainsi, « La vie rêvée des anges » d’Erick Zonca, sorti en 1998, est interdit aux moins de 12 ans dans l’Hexagone. Mais aux Etats-Unis, il est interdit aux mineurs à cause d’une courte scène d’amour.

« Irréversible », le film de Gaspar Noé avec Monica Bellucci et Vincent Cassel, a quant à lui été interdit aux moins de 18 ans en Nouvelle-Zélande, au Québec, en Colombie britannique ou encore en Australie. En France, ce long-métrage très controversé a été interdit aux moins de 16 ans et comportait un avertissement au public, notamment pour ses scènes de viol et de meurtre particulièrement violentes et réalistes.

Enfin, plus récemment,  » La Vie d’Adèle  » d’Abdellatif Kechiche a connu des interdictions disparates à travers le monde. Si la France et la Belgique l’ont interdit aux moins de 12 ans, le reste du monde s’est monté plus sévère. La Hollande et la Lettonie l’ont interdit aux moins de 16 ans pendant que la Hongrie, la Pologne, les Etats-Unis, le Royaume-Uni ou encore la Russie l’ont interdit aux moins de 18 ans.

Haute tension, Danny the dog : des scènes coupées au montage

Parfois, pour être autorisés aux mineurs en salle, des films se font amputer de certaines scènes jugées trop choquantes avant leur distribution dans les cinémas. Les Etats-Unis, par exemple, suppriment régulièrement quelques minutes de films pour qu’ils correspondent au Rated R, la classification autorisant les mineurs à se rendre en salle s’ils sont accompagnés d’un adulte.

Ce fut le cas de « Demonlover » d’Olivier Assayas (2002), de « Danny the dog » de Louis Leterrier (2005) ou encore de « Haute tension » d’Alexandre Aja (2003). Pour ce dernier, une minute du film a été coupée aux Etats-Unis. Ce fut également le cas en Allemagne et en Corée du Sud.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.