Photos

L’irrésistible ascension de Jamel Debbouze en 8 étapes

En 1998, Jamel Debbouze est déjà connu pour son émission 'Le Cinéma de Jamel' sur Radio Nova. Mais c'est son arrivée sur Canal+ cette année-là qui va booster sa carrière. À 23 ans, il change de dimension grâce à la série H avec Éric et Ramzy.

Révélé tout jeune, Jamel Debbouze a fait ses débuts au théâtre en 1991, à l’âge de 16 ans. Depuis, il a enchaîné les rôles. Tour à tour humoriste, animateur sur Radio Nova, comédien star sur Canal+ puis au cinéma, ou révélateur de nouvelles pépites de l’humour, il sort aujourd’hui son premier long-métrage en tant que réalisateur, « Pourquoi j’ai pas mangé mon père ». Retour sur une carrière bien remplie.

Du petit écran aux salles obscures

Après avoir atteint la finale du championnat de France junior de la Ligue d’improvisation française, Jamel Debbouze est repéré en 1995, à l’âge de 20 ans, par Jean-François Bizot et Jacques Massadian de Radio Nova. Il inaugure alors sa chronique « Le Cinéma de Jamel » sur les ondes, dès 2006, avant de faire ses débuts à la télé sur Paris Première. Mais c’est son passage sur Canal+ en 1998 qui va lui servir de tremplin vers le succès. Il y transpose « Le Cinéma de Jamel » et joue dans la série culte « H », où il partage la vedette avec le duo Éric et Ramzy.

Fort de sa nouvelle notoriété, Jamel est courtisé par le cinéma. Ses rôles dans « Zonzon », « Le Fabuleux destin d’Amélie Poulain », puis « Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre », entre la fin des années 1990 et le début des années 2000, font de lui un acteur respecté. Il se paie même le luxe d’un featuring avec Snoop Dog, l’une des légendes vivantes du hip-hop américain, sur la bande originale d’Astérix. Mais la vraie consécration viendra de sa prestation dans le film « Indigènes », qu’il a coproduit. Grâce à cette réalisation, qui rend hommage aux soldats nord-africains ayant combattu pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale, il remporte le prix d’interprétation à Cannes en 2006, tout comme ses partenaires Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan.

Une notoriété mise au service des autres

Après son prix à Cannes, Jamel n’a plus grand chose à prouver. Il se sert donc de sa notoriété pour révéler de nouveaux talents comiques grâce au Jamel Comedy Club, une émission diffusée sur Canal+ à partir de 2006. Deux ans, plus tard, il ouvre le théâtre Comedy Club, avec la vocation de transformer un ancien cinéma parisien en pépinière d’humoristes de talent. Toujours animé par cette volonté de faire grandir l’humour, il crée en 2011 au Maroc le « Marrakech du Rire », un festival annuel qui regroupe les meilleurs humoristes francophones du moment, ainsi qu’une bonne partie de la troupe du « Jamel Comedy Club ».

En 2015, Jamel Debbouze franchit un nouveau pallier en enfilant la casquette de réalisateur, pour le film « Pourquoi j’ai pas mangé mon père ». Il campera également le personnage principal de ce long-métrage, le premier filmé en motion-capture en Europe, aux côtés de son épouse Mélissa Theuriau et de son ami Arié Elmaleh, le frère de Gad. Pour les intéressés, ça sort aujourd’hui en salles.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.