Photos

Street art : les 10 plus grands artistes du moment

Avec ses slogans pacifistes et anticapitalistes, l'Anglais Banksy est LA superstar actuelle de l'art urbain.

L’art ne s’exprime pas que dans les musées, ou sur la peau, il s’affiche également sur les murs de nos villes, sur leurs panneaux, leurs trottoirs, leurs bornes électriques, leurs poteaux. . . Vieux comme le monde, le street art s’est développé à partir de la fin des années 1960 et s’inscrit aujourd’hui dans notre culture. De Londres à Berlin, en passant par Barcelone ou Dublin, les murs bariolés fascinent et transforment les métropoles du monde entier en musées à ciel ouvert.

Depuis ses balbutiements, le street art a généré de véritables stars, comme Keith Haring ou Jean-Michel Basquiat au siècle dernier. De nos jours, les ambassadeurs de la discipline s’appellent Banksy, Shepard Fairey ou JR. Voici notre sélection des dix plus grand noms actuels de l’art urbain.

Un art sans frontières

S’il n’y avait qu’un pseudonyme à retenir parmi les artistes urbains actuels, ce serait Banksy. Basé à Bristol, en Angleterre, ce mythe vivant de la scène graffiti s’est fait connaître grâce à ses pochoirs décalés, inspirés par des faits de société. Provocateur, il se sert de son art pour dénoncer avec humour et poésie les excès de la société, en clamant haut et fort ses opinions pacifistes et anticapitalistes. Si son identité demeure secrète, il a néanmoins investi le champ de l’art traditionnel en exposant en galerie. Star parmi les stars, il a notamment vendu trois de ses toiles à Christina Aguilera, contre une somme d’environ 30 000 euros. Il a également réalisé sur commande une fresque sur l’un des murs de la maison de Kate Moss. Coût de l’opération ? Un peu plus de 180 000 euros.

Autre grand nom de la scène graffiti, Shepard Fairey s’est rendu célèbre en collant partout ses autocollants « André the Giant Has a Posse ». Issu du skateboard, il est devenu célèbre dans le monde entier avec la création du poster HOPE de Barack Obama, réalisé pour sa campagne présidentielle de 2008. Cette image restera comme le symbole de son élection. On peut notamment admirer l’une de ses pièces monumentales dans le 13e arrondissement parisien, entre les stations de métro Chevaleret et Nationale.

Les Français ne sont pas en reste. Le plus connu d’entre tous, même s’il reste anonyme, est sans nul doute Invader. Depuis la fin des années 1990, cet artiste colle, dans toutes les grandes villes du monde, des mosaïques inspirées principalement de Space Invaders, un jeu vidéo culte des années 1970-1980. En 2011, il fête son 1000e invader posé sur la façade de La Générale, un squat artistique situé dans le quartier de Belleville à Paris. Il est proche de deux autres ilustres « street artists » de l’hexagone, Zevs et André. Autre Français de cette liste, JR, travaille à partir de photographies. Il se définit lui-même comme un « activiste urbain » et colle ses clichés dans les favelas brésiliennes, sur des bâtiments voués à la destruction à Shangaï. . . Son plus grand fait d’arme reste le projet Face 2 Face, une exposition illégale d’immenses portraits d’Israéliens et de Palestiniens, face à face, dans huit villes de chaque côté du mur encerclant la bande de Gaza. Un projet à l’image de l’art urbain, démocratique et pacifiste.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.