Auto-Moto-Vélo

Auto : 10 concept-cars hallucinants n’ayant jamais vu le jour

La Firebird WP-21, présentée en 1954 par General Motors, est la première d'une série de trois véhicules largement inspirés de l'aéronautique, imaginés par le designer américain Harley Earl.

On n’arrête pas le progrès dans le domaine de l’automobile. Et si les innovations technologiques comme esthétiques fleurissent à chaque nouvelle génération de voiture, c’est en grande partie grâce aux concept-cars et autres prototypes. Voitures volantes ou autonomes, véhicules équipés d’un drone compagnon, expérimentations de modèles insolites. . . La fonction de ces autos, qui semblent tout droit sorties d’un récit de science-fiction, consiste à préfigurer les orientations futures d’un constructeur tout en sondant la réaction du public. Malheureusement, la plupart de ces véhicules ne voient jamais le jour. Nous avons sélectionné pour vous dix de ces concept-cars, toutes extraordinaires à leur manière.

Le culte de la voiture-avion

Le milieu du 20e siècle se révèle particulièrement prolifique en matière de concept-cars étonnantes. La conquête spatiale, et l’aéronautique en général, fascinent les foules tout en inspirant les créateurs de l’époque. On voit ainsi fleurir des modèles expérimentaux cherchant à repousser les limites de l’aérodynamisme et de la vitesse. Le meilleur exemple est la Firebird WP-21, présentée en 1954 par General Motors. Communément appelée Firebird I, elle inaugure une série de trois véhicules qui ressemblent plus à des petits avions qu’à des automobiles. Ce véhicule, doté de véritables ailes, peut paraître totalement incongru aujourd’hui, mais il s’agit de la première voiture fonctionnant grâce à une turbine construite et expérimentée aux États-Unis. Elle s’inscrit dans un programme de General Motors destiné à tester l’application de la turbine au domaine de l’automobile.

D’autres modèles rétrofuturistes de l’époque s’inspirent largement de l’aviation, comme la Gilda Streamline X coupé, imaginée par le carrossier italien Ghia pour le compte de Chrysler en 1955. Pas étonnant quand on sait que l’auteur du projet, le directeur technique de Ghia de l’époque, Giovanni Savonuzzi, a exercé auparavant la profession d’ingénieur aéronautique. L’Alfa Romeo BAT 5 (1953), ou encore la Tasco (1948), empruntent également certaines de leurs innovations au monde de l’aviation.

Les préoccupations modernes

Les concept-cars modernes se concentrent sur d’autres priorités, et notamment sur la protection environnementale, à l’image de la Jaguar C-X75 présentée au Mondial de l’Automobile de Paris en 2010. Cette concept-car, qui s’éloigne radicalement des standards esthétiques du constructeur anglais, est équipée d’un pack de batteries lithium-ion alimenté par deux micro-turbines qui lui confèrent une autonomie de 900 km, dont 110 en tout-électrique.

Parmi les concept-cars modernes explorant le futur de l’automobile, la BMW Gina se distingue par sa « carrosserie » composée de textile. Montée sur une structure en aluminium très légère, avec des montants en métal et en carbone, elle pourrait révolutionner le monde de l’automobile.

La Peugeot 4002, datant de 2003, constitue pour sa part un pur travail de recherche esthétique. Inspirée de la 402 de 1936, elle est l’oeuvre du graphiste allemand Stefan Schulze, vainqueur d’un concours lancé par la marque au lion.

Pour ceux qui voudraient voir certains de ces bolides hallucinants de leurs propres yeux, l’exposition « Dream Cars » programmée au High Museum of Art d’Atlanta jusqu’au 7 septembre prochain est l’occasion idéale. Elle rassemble 17 concept-cars des années 1930 à aujourd’hui, pour le plus grand plaisir des amateurs de voitures hors du commun.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.