Auto-Moto-Vélo

Porsche 911 : les légendes ne meurent jamais

Difficile de rester indifférent aux corps écorchés de l'anatomiste allemand Gunther Von Hagens, obtenus grâce à un processus de plastination dont il est l'inventeur. Malgré les multiples polémiques, son exposition Body World a attiré des millions de spectateurs dans le monde entier depuis le milieu des années 1990.

Dans le petit monde des voitures de sport de légende, le destin de la Porsche 911 est unique. Révélée pour la première fois au salon de Francfort en 1963, elle est devenue en 50 ans l’une des automobiles les plus illustres au monde, et sert encore aujourd’hui de porte-étendard au constructeur allemand. Il faut dire qu’elle a su concilier comme aucune autre sportivité et fonctionnalité, exclusivité et popularité, tradition et modernité. La Porsche 911 Targa, dévoilée au salon de Détroit en janvier dernier, constitue une énième preuve que ce modèle mythique n’a pas pris une ride depuis son apparition dans les années 1960. Tout comme la 911 GT3, qui a permis à Porsche de remporter pour la troisième fois consécutive le titre de « Voiture sportive de l’année » aux World Car Awards 2014. L’architecture de son moteur, le fameux six cylindres à plat (ou flat-six) disposé en porte-à-faux à l’arrière, et sa carrosserie fastback restent ses marques de fabrique. Mais en 50 ans, et sept générations, elle a su évoluer pour se rapprocher toujours un peu plus de la perfection. Retour sur l’histoire d’un classique incontournable de l’histoire automobile.

Un succès immédiat

La toute première 911 est inspirée de la mythique Porsche 356, conçue par Ferry Porsche, ou encore de la fameuse Volkswagen Coccinelle imaginée par son père Ferdinand Porsche, fondateur de la marque. Avec des aînées aussi prestigieuses, le succès lui tendait les bras dès le berceau ! Cette filiation explique notamment le choix de placer le coffre à bagages à l’avant et le moteur à plat à l’arrière. Quant au design de ce nouveau bolide, intemporel, il a été confié au fils de Ferry Porsche, Ferdinand Alexander alias Butzi. Dès sa présentation à Francfort en 1963, sous le nom de Type 901, le succès est immédiat. Encore à l’état de prototype, elle fut ensuite présentée au Salon de l’automobile de Paris en septembre 1964. C’est à la suite de cet événement que la marque reçoit un courrier de la part de Peugeot, qui estimait l’appellation 901 en contradiction avec la loi française en matière de droit d’auteur et de droit des marques. Le constructeur français y expliquait qu’il utilisait depuis 1929 un numéro à trois chiffres avec un zéro au milieu pour désigner ses véhicules. Porsche, qui était en pleine finalisation des logos, des prospectus, des tarifs et notices d’utilisation, a donc décidé de remplacer le 0 par un 1 pour des raisons purement pratiques. Une fois cette étape passée, sa commercialisation a pu débuter. Son importation en France a ainsi commencé en 1965.

Par la suite, les nouvelles versions de la 911 vont très vite en faire une vraie gamme. La 911 S est dotée de 160 ch et dispose pour la première fois des jantes forgées Fuchs en alliage léger. La 911 Targa, sortie en 1966, est le premier cabriolet équipé d’un arceau de sécurité en acier inoxydable. Mais la voiture qui fait fantasmer tous les collectionneurs de voitures de sport reste la 911 Carrera RS 2, 7 de 1972, qui embarque 210 ch dans un écrin d’une tonne. Elle a notamment écrit l’histoire en devenant le premier modèle de série équipé d’un aileron arrière. La 911 Turbo, sortie deux ans plus tard, a également marqué son temps en devenant la première voiture de série dotée d’un turbocompresseur. Une prouesse permise par l’expérience de Porsche dans l’univers des courses automobiles. Avec ses 260 ch, elle atteignait la vitesse ébouriffante pour l’époque de 250 km/h. Entre temps, une nouvelle génération de 911 a vu le jour en 1973, sous la dénomination de série G. Cette première transformation se caractérise notamment par l’adoption de pare-chocs butoirs à soufflets absorbant les impacts, afin de respecter les dernières normes de crash test aux États-Unis, la généralisation des ceintures de sécurité à trois points comme équipement standard et l’intégration des appuis-tête sur les sièges. Produite jusqu’en 1989, elle est la génération qui a connu la plus grande longévité de toute la famille 911.

L’innovation dans le respect de la tradition

Malgré les prévisions pessimistes des experts, Porsche présente la 911 Carrera 4, ou type 964, en 1988. Cette version retravaillée à 85% a nécessité 15 ans de développement afin d’en faire une voiture plus moderne que jamais. À l’extérieur, elle arbore de nouveaux pare-chocs aérodynamiques en polyuréthane et un aileron arrière mobile à commande électrique. Mais les modifications les plus profondes sont à chercher dans les entrailles de son moteur, qui concilie plus que jamais sportivité et confort de conduite. Avec la 964, le conducteur dispose d’un ABS, d’une boîte Triptronic, d’une direction assistée et d’airbags. Elle est suivie en 1993 de la quatrième génération de 911, connue en interne sous le nom de 993. Elle est particulièrement appréciée des amoureux de Porsche car il s’agit de la dernière 911 à être dotée d’un moteur à refroidissement par air. Sa silhouette, plus acérée que les modèles précédents, résulte de l’abandon des phares ronds pour des feux de forme polyellipsoïdale. Elle est également la première 911 à bénéficier d’un châssis en aluminium.

La 911 type 996, construite à partir de 1997, marque une véritable rupture dans l’histoire de ce classique de l’automobile, même si elle ne renie pas ses origines. C’est ainsi que pour la première fois, elle est équipée d’un moteur six cylindres à plat refroidis par l’eau. Le design de la 911 classique est largement réinterprété, mais il en conserve les caractéristiques majeures, dont le fameux profil fastback. Il découle d’ailleurs d’une stratégie de plateforme commune avec le modèle Boxster, et sa principale caractéristique réside dans ses phares avant à clignotants intégrés. La 911 type 997, qui prend sa succession à partir de 2004, renoue avec les phares ronds traditionnels. Ce modèle a été décliné dans une multitude de versions, allant de la Carrera à la Targa, en passant par la Cabriolet, la Turbo, la GTS ou la GT3. On en dénombre 24 en tout ! Cette gamme élargie a séduit la clientèle, et permis à la marque de battre son record de ventes deux années de suite : 36 504 exemplaires de 911 écoulés en 2006 et 38 922 en 2007.

La toute dernière génération de Porsche 911, dénommée 991 en interne, fait honneur à la légende en relevant encore la barre des performances et du confort. Sortie en 2011, elle se caractérise notamment par un nouveau châssis, avec un empattement modifié et des jantes surdimensionnées qui facilitent encore la conduite. Elle est également équipée de la toute première transmission manuelle à sept vitesses au monde. Le design, lui, reste fidèle à la signature 911. On ne change pas une équipe qui gagne ! Aujourd’hui, la gamme de Porsche s’est élargie pour intégrer des 4×4, à l’image du Macan, et même un modèle hybride surpuissant, la Panamera Plug-in S E-Hybrid. Mais tous les amoureux de Porsche vous le diront, aucun des nouveaux modèles développés par la marque ne pourra égaler l’aura de la 911. N’est pas une légende qui veut !

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.