Événements

iPhone 6, Apple Watch : tout sauf une révolution ?

Déclinée en trois versions différentes (de gauche à droite, classique, sport et luxe), l'Apple Watch va se lancer dans la batailles des montres connectées à partir de début 2015.

Hier soir, à 19h heure française, se tenait la Keynote d’Apple, un événement attendu avec impatience par tous les fans de la marque à la pomme. Lors de cette présentation magistrale, le grand patron Tim Cook a présenté les nouveaux produits stars de la firme de Cupertino : le dernier né de la longue lignée des smartphones d’Apple, l’iPhone 6, et une montre connectée, l’Apple Watch. Si le premier n’affiche pas grand-chose de plus que ce que véhiculaient les rumeurs depuis quelques semaines, la seconde apporte un peu de vent frais et devrait rejoindre la grande famille des objets cultes de la société. Mais au final, ces deux produits s’avèrent très sages, et n’augurent pas de véritable révolution. Apple rentrerait-elle dans le rang ?

Un iPhone 6 sans surprise

Que dire sur l’iPhone 6 qui n’avait pas encore été révélé avant la tenue de la Keynote d’hier ? Pas grand-chose. Comme prévu, il sera disponible en deux formats de 4, 7 et 5, 5 pouces. Le premier sera donc un smartphone légèrement plus volumineux que ses prédécesseurs, les iPhone 5S et 5C, qui affichaient une taille d’écran de 4 pouces. Le second, l’iPhone 6 Plus, sera une phablette qui viendra concurrencer les meilleurs modèles du moment, ainsi que la future Galaxy Note 4 dévoilée lors du salon IFA de Berlin il y a quelques jours.

Si les dimensions de ces deux nouveaux appareils devraient bousculer les habitudes des Apple addicts, ils ne pèseront pas beaucoup plus lourd que leurs aînés. L’iPhone 6 est même plus léger que le 5C, malgré des dimensions plus imposantes (129 g contre 132 g). Au niveau de l’écran, la marque a mis le paquet avec des dalles Retina Full HD. Question photo, l’iPhone 6 conserve un capteur de 8 mégapixels, mais il bénéficie désormais d’un stabilisateur optique et d’une mise au point deux fois plus réactive. Les panoramas, eux, pourront atteindre 43 megapixels. La vidéo a également subi de légères améliorations, avec la possibilité de filmer jusqu’à 30 images par seconde en Full HD et des ralentis (slow motion) allant jusqu’à 240 images par seconde. Mais ces performances devraient s’avérer très gourmandes en énergie. Espérons donc que la nouvelle batterie, annoncée hier, améliore franchement l’autonomie qui reste le plus gros point noir de tous les smartphones d’Apple.

Comme prévu les deux iPhone 6 seront commercialisés dès le 19 septembre en France. Quant aux tarifs, annoncés comme supérieurs à ceux pratiqués habituellement par Apple, ils se révèlent un peu plus doux que prévu. . . À condition de souscrire un nouveau forfait. Aux États-Unis, il sera ainsi vendu entre 199 et 499 dollars avec un engagement de deux ans. Pour l’Europe, on ne connaît pour l’instant que les tarifs sans abonnement. Et autant dire que la facture s’avère salée. Pour l’iPhone 6, les prix commencent à 709 euros (version 16 Go), pour atteindre les 919 euros pour la version 128 Go. À noter que c’est la première fois qu’une telle capacité est proposée pour un iPhone. Quant à l’iPhone 6 Plus, il sera disponible entre 809 euros (16 Go) et 1019 euros (128 Go). Près d’un SMIC pour un smartphone, ça commence à faire cher. Surtout quand on voit qu’un MacBook Air 11 pouces de 128 Go est vendu à partir de 899 euros. . .

L’Apple Watch, un gadget onéreux

L’autre grande star de la Keynote d’hier s’appelle Apple Watch, la première montre connectée de la marque à la pomme. Et là aussi, pas de véritable surprise. Dans la guerre des montres intelligentes qui se joue en ce moment, elle n’offre rien de révolutionnaire par rapport la concurrence. Elle propose un écran Retina durci tactile, complété par deux boutons placés sur le côté droit du boîtier : une molette pour zoomer ou faire défiler un texte, et un bouton de validation. Elle permettra, comme toutes ses concurrentes, d’afficher les notifications reçues sur son smartphone, signalées par une vibration discrète. Comme les bracelets connectés, elle est aussi dotée de fonctionnalités destinées à garder la forme, dont un détecteur de pulsations cardiaques. Elle permet également de suivre tous les déplacements de son utilisateur, et de compter le nombre de pas effectués ou le nombre de marches avalées dans la journée, avec l’aide de l’iPhone. Sans lui, elle ne pourra d’ailleurs pas se connecter à Internet. Elle sera compatible avec tous les iPhones à partir de la version 5.

L’une des principales caractéristiques de l’Apple Watch réside dans la possibilité de la personnaliser à l’envi. En effet, elle sera commercialisée en deux tailles (38 et 42 mm de hauteur), en trois versions (classique, sport ou luxe), et pourra s’habiller de dizaines de bracelets différents (en cuir, en plastique ou en métal). Le boîtier sera lui aussi proposé en six déclinaisons, dont une en or 18 carats. Mais ces considérations de style restent anecdotiques pour tous les fondus de nouvelles technologies.

Quant à l’autonomie de cette montre connectée, elle serait a priori d’une journée, même si Apple ne s’est pas vraiment attardé sur ce sujet. Un gros point faible qui ne rassure pas vraiment tous ceux qui reprochent à la marque à la pomme la trop faible autonomie de ses appareils. . . D’autant que l’Apple Watch sera vendue, à partir de début 2015, à un prix de départ qui pourrait rebuter bon nombre de clients : 349 dollars (probablement 349 euros en France). Mais beaucoup devraient quand même craquer pour cette montre connectée qui reste très attendue des fanatiques de la firme de Cupertino.

Et vous, allez-vous craquer pour l’un des nouveaux bébés d’Apple ?

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.