Photos

Ces anciennes gloires du sport ruinées

Dévasté par l'alcool, le sulfureux Dennis Rodman a dilapidé tout son argent en sorties et en procès.

Entre les salaires, les primes, les contrats publicitaires, et les business secondaires, le sport peut vite rapporter des fortunes. Et même si tous les athlètes n’ont pas la chance de figurer parmi les sportifs les plus riches de la planète, à l’image du milliardaire Tiger Woods, champion toutes catégories des gains accumulés, ou les footballeurs Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, qui dominent le classement des footballeurs les plus riches du monde, une carrière bien gérée amène logiquement une retraite dorée. Mais malgré les millions accumulés pendant leurs belles années, un grand nombre de sportifs finissent ruinés. Minés par des divorces, des affaires de dopage, des démêlés avec la justice, des investissements douteux, des escroqueries ou des proches trop gourmands, ils sont passés en quelques années de la gloire à la déchéance la plus totale.

Flambe et mauvais choix

Soixante pour cent des anciens basketteurs évoluant en NBA se retrouvent sur la paille dans les cinq premières années de leur retraite. Un chiffre accablant au vu des sommes engrangées par les stars des parquets. Le flambeur Dennis Rodman symbolise bien ce phénomène. Entres ses virées nocturnes dans les bars et les casinos, son divorce assorti d’une pension alimentaire, des bagarres et un scandale sexuel, il a brûlé sa vie par les deux bouts. Son ex-coéquipier des Chicago Bulls, Scottie Pippen, est également en difficulté. L’ancien bras droit de Michael Jordan a totalement dilapidé les 120 millions de dollars qu’il a amassés au cours de sa carrière. Entre son jet privé à quatre millions de dollars, et des mauvais placements financiers qui lui auraient fait perdre plus de 30 autres millions, l’ex-star de la NBA a vu sa fortune lui filer entre les doigts. Au point de signer dans une équipe finlandaise en 2007 pour essayer de remonter la pente. . . Quelle tristesse pour un joueur de son calibre ! Allen Iverson fait également partie de ces stars déchues. Son train de vie indécent et ses problèmes d’alcool, conjugués à son divorce, lui ont fait perdre les 150 millions de dollars gagnés pendant ses années passés sur les parquets. Mais tout n’est pas perdu pour le MVP 2001 car, selon les termes d’un contrat passé avec l’équipementier Reebok, il touchera un peu plus de 30 millions de dollars le jour de ses 55 ans. Mais il va falloir trouver de quoi tenir jusqu’en 2030. . .

Le football anglais a également connu des bad boys de légende qui ont mal fini. L’Irlandais George Best, décédé en 2005, est probablement le « king » des excès. Alcoolique et accro aux jeux d’argent, il accumule les scandales et les passages devant le tribunal, le plus souvent pour conduite en état d’ivresse. Ruiné, il s’est vu forcé de revendre ses trophées au milieu des années 1990 pour éponger ses dettes. L’ex-international anglais Paul Gascoigne a lui attendu la fin de sa carrière pour exprimer pleinement son tempérament autodestructeur. Il a dépensé pendant sa retraite l’ensemble de sa richesse, estimée à 16 millions d’euros, dans l’alcool, la drogue et les sorties nocturnes. Il enchaîne aujourd’hui les cures de désintoxication, mais garde une belle place dans le coeur des Anglais.

Les joueuses de tennis sont actuellement les sportives les mieux payées. Mais elles non plus ne sont pas épargnées par les problèmes d’argent. L’ancienne numéro 1 mondiale espagnole, Arantxa Sanchez, a ainsi dévoilé dans son autobiographie publiée en 2012 que ses parents lui auraient extorqué tous les gains amassés pendant sa carrière, soit 45 millions d’euros. Ces derniers ont néanmoins démenti, mais tout le monde se demande où est passé tout cet argent. . . La Suissesse Patty Schnyder, elle, n’a eu besoin de personne pour faire des mauvais choix. Figurant dans le top 20 du tennis mondial de 2004 à 2009, elle reste très discrète après avoir raccroché la raquette en 2011. En 2012, elle fait cependant les gros titres de la presse helvétique : ruinée, elle a disparu avec son mari pendant plusieurs mois. Elle a depuis été forcée de vendre ses biens aux enchères pour honorer ses dettes. A croire que les huit millions d’euros récoltés sur les courts n’ont pas permis de lui assurer une retraite décente. Décidément, l’argent ne fait pas le bonheur !

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.