Événements

Football : découvrez les stades de l’Euro 2016

Le mythique stade Vélodrome de Marseille a subi un lifting dans l'optique de l'Euro 2016. Après plus de trois ans de travaux, et 268 millions d'investissement, il compte désormais 67 000 places.

Après un Mondial brésilien plus que prometteur, c’est une équipe de France rajeunie et retrouvée qui entame la préparation de l’Euro 2016 qu’elle va jouer à domicile. Les leaders tels que Mathieu Valbuena ou Karim Benzema ne cessent d’enchaîner les bonnes prestations sous le maillot bleu, et la relève confirme qu’elle n’est pas là pour faire de la figuration, à l’image d’ Antoine Griezmann, de Paul Pogba ou de Raphaël Varane. Bref, l’équipe de France semble dans les meilleures dispositions pour briller une nouvelle fois à la maison. Mais qu’en est-il des autres acteurs de la compétition, les dix stades qui serviront d’écrin aux joutes footballistiques ? Une chose est sure : ils ne provoquent pas autant de tensions que leurs homologues brésiliens. On vous fait les présentations.

Quatre naissances et cinq cures de jouvence

Quatre clubs français ont profité de l’Euro 2016 pour s’offrir des stades flambants neufs : Bordeaux, Lyon, Lille et Nice. Les enceintes du LOSC et des Aiglons niçois sont déjà achevées. Elles apportent déjà une entière satisfaction aux joueurs comme aux supporters, qui disposent désormais de structures à la fois modernes sur le plan fonctionnel et réussies d’un point de vue esthétique. À Bordeaux, qui devrait étrenner sa nouvelle arène en avril prochain, le chantier avance bien. Mais un point de tension subsiste par rapport au coût de sa construction et de son exploitation, évalué entre 467 et 542 millions d’euros pour les 30 prochaines années. Une facture plus que salée ! À Lyon, c’est encore plus compliqué. Le Stade des Lumières devait au départ être livré en 2010. Mais de nombreuses embûches ont retardé les travaux : permis de construire retardé, actions en justice, recours administratifs, blocages politiques, opposition des riverains. . . L’aventure n’a pas été facile pour l’OL et son président Jean-Michel Aulas. Aujourd’hui, les dirigeants lyonnais peuvent reprendre espoir car le stade devrait être prêt en janvier 2016. Il sera alors le troisième stade français en termes de capacité.

Les autres clubs, qui disposaient déjà d’enceintes à la hauteur, se sont contentés de redonner un coup de jeune à leurs enceintes. Le légendaire stade Vélodrome de Marseille a ainsi vu sa capacité augmenter de 60 000 à 67 000 places, désormais protégées de la pluie par un toit de 65 000 m². Culminant à 65 mètres au-dessus de la pelouse, il dépasse maintenant le Stade de France en hauteur. Dans la catégorie des stades mythiques, le chaudron de Saint-Étienne et le Parc des Princes ont également eu le droit à leurs liftings en vue de l’Euro. Les Stéphanois pourront profiter pleinement d’un stade totalement fermé à partir de décembre prochain. À Lens, les travaux de rénovation du stade Bollaert laissent les Sang et Or orphelins. Ils se voient contraints de jouer à Amiens en attendant que leur écrin se fasse une seconde jeunesse.

Le Stade de France, construit pour la Coupe du Monde 1998, est le seul à rester en l’état. Espérons que cela nous porte chance !

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.