Photos

Les fratries célèbres du sport

Serena est la numéro 1 mondiale de tennis, mais sa soeur Venus Williams peut être fière de sa carrière.

Dans le sport, il n’y a pas que les couples stars et les champions prédestinés, il y a aussi ceux qui s’imposent en famille. On constate souvent que le fruit n’est pas tombé bien loin de l’arbre. Ou devrait-on dire les fruits, car ces sportifs de haut niveau fonctionnent en fratries. Eternels rivaux lorsqu’ils exercent dans la même discipline, ils n’en sont pas moins bienveillants les uns envers les autres, et surtout, la compétition entre frères et soeurs semble les motiver à se dépasser. Du coup, cela fait naître de grands champions.

Le cas se présente fréquemment aux Etats-Unis, où les carrières sportives sont plus qu’encouragées, et ce, dès le plus jeune âge. Les bourses d’études et les formations prestigieuses dans de grandes universités permettent aux athlètes de s’épanouir pleinement. A cela s’ajoutent des salaires très élevés qui attirent d’autant plus les jeunes qui ont des dispositions naturelles. Et généralement, la fibre du sport, c’est de famille. Mais on observe la tendance partout, à commencer par la Belgique. Ils ont beau être concurrents sur le Tour de France et toutes les autres compétitions cyclistes, les frères Schleck ne semblent pas se comporter comme des rivaux, et bizarrement, c’est toujours Andy qui l’emporte.

Enfants de la balle. . .

Les soeurs Williams dominent le classement WTA des joueuses de tennis. Enfin Serena domine et sa grande soeur, Venus, suit comme elle peut, loin derrière les Maria Sharapova de ce monde, sans jamais quitter le classement. Leur lien de parenté ne les a jamais empêchées de s’affronter, y compris en finales de Grand Chelems. Côté hommes, Andy Murray a un frère également joueur de tennis, Jamie, et leur mère Judy Erskine Murray évoluait sur les courts avant eux. A un moindre niveau, le frère de John McEnroe, dénommé Patrick, était également joueur de tennis.

. . . ou du ballon

Au basketball, les fratries ne manquent pas. Prenez par exemple Cheryl et Reggie Miller. Elle est la première femme à avoir dunké en compétition, mais suite à une blessure au genou, elle s’est rangée pour devenir coach et consultante pour la NBA. A-t-elle ouvert la voie à son frère Reggie ? En tout cas, il a lui-même intégré le Hall of Fame après une longue et brillante carrière entre 1987 et 2005. La fratrie Miller comprend un autre ancien sportif de haut niveau qui se prénomme Darrell. Il s’est fait un nom dans le baseball dans les années 1980. Et il y en a d’autres encore, comme Ramon et Pedro Martinez par exemple. Quant au baseball, on peut citer B. J. et Justin Upton, qui jouent côte à côte dans l’équipe des Atlanta Braves.

Les JO en famille

L’athlétisme produit aussi des fratries de renom. En France, on est fiers des accomplissements de Renaud Lavillenie en saut à la perche. Régulièrement en haut du podium, ce champion olympique détient même le record du monde de saut à la perche, depuis qu’il a franchi la barre à 6, 16 mètres. En revanche, pour son frère cadet Valentin, les résultats sont beaucoup moins probants. Mais patience, il n’a que 23 ans et une volonté de fer.

Enfin Sinead et John Kerr ont incarné un duo gracieux, iconique des sports d’hiver entre 2000 et 2011. Frère et soeur dans la vie, ces Ecossais oublient leur lien de parenté une fois sur la glace, pour l’amour de la glisse.

Certains poussent le vice à enrôler toute leur famille dans le sport, et le même sport tant qu’à faire. Ce qui provoque parfois des quiproquos lorsque l’on veut parler des résultats de l’un des membres. On vous laisse imaginer la confusion dans des famillles comme celle des Petty ou des Andretti, où tout le monde fait dans les sports automobiles.

Même si la compétition est fratricide, rester combattif jusqu’au bout est la marque des grands champions. Mais heureusement, il y a ceux qui ont choisi des voies opposées dans le sport, pour ne jamais avoir à s’affronter, peut-être ?

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.