Photos

Les pires accidents de l’histoire de la course automobile

Ayrton Senna a marqué l'histoire du sport automobile de son vivant mais également du fait de sa disparition brutale. L'as du volant trouve la mort sur le circuit d'Imola le 1er mai 1994 laissant ses fans inconsolables.

De Bologne à Rio en passant par le délicat Nürburgring allemand, les circuits automobiles ont de tout temps été le théâtre d’exploits, mais aussi de terribles accidents. Or on ne peut faire machine arrière, et les as du volant disparus comme Ayrton Senna laisseront à jamais un vide sur les ovales. Au vu du danger, on comprend mieux pourquoi leurs salaires sont si élevés.

Quand les voitures volent en éclats

Les événements récents rappellent que les sports automobiles demeurent extrêmement périlleux. On pense notamment à la 36e édition du Dakar qui aura causé la mort par déshydratation du motard polonais Michal Hernik, mais surtout à la violente collision dont Jules Bianchi a été victime alors qu’il courait dans le cadre du Grand Prix du Japon, le 5 octobre dernier.

Philippe Streiff, paralysé suite à un accident survenu le 15 mars 1989, s’est exprimé en faveur d’une action en justice de la part de la famille de Jules Bianchi. En effet, selon lui, Jean Todt, le président de la FIA (Fédération Internationale de l’Automobile), a fait preuve de négligence vis-à-vis des assurances pour privilégier l’aspect pécuniaire de la course. Les accusations de l’ancien pilote français devraient remettre de l’huile sur le feu alors que notre jeune loup national est encore dans un état jugé critique malgré une légère amélioration. On espère pour lui, comme pour Michael Schumacher, victime d’une sinistre chute sur les pistes alors qu’il skiait, qu’ils redeviendront un jour les hommes qu’ils ont été. Pour Streiff, tout bascule lors d’une séance d’essais sur le circuit de Jacarepagua à Rio de Janeiro au Brésil. Un accident mécanique projette son AGS dans les airs mais les secours commettent plusieurs erreurs. Il perd l’usage de ses membres. Désormais tétraplégique, il entame une nouvelle vie en fauteil roulant, déterminé à améliorer les infrastructures pour les personnes handicapées.

Légendes frappées par le destin

Il y a trente ans, Ayrton Senna s’apprêtait à sceller son destin au Grand Prix automobile de Saint-Marin 1994 sur le circuit d’Imola, au volant d’une Williams. Il perd le contrôle de son bolide et décède immédiatement. Sa mort émeut tout le Brésil, car au-delà du pilote virtuose, il était un jeune homme anxieux de tout juste 34 ans. Le 29 avril, deux jours avant son accident, son ami Rubens Barrichello, brésilien lui aussi, avait été envoyé dans les airs lors de la première séance d’essai. Il s’en était sorti avec quelques blessures légères. Le lendemain, c’est l’Autrichien Roland Ratzenberger qui fait une sortie de route à près de 315 km/h. Il meurt sur le coup à l’âge de 33 ans. Et comme nous l’évoquions, jamais deux sans trois, le 1er mai, Ayrton Senna ferme le bal d’une course maudite et s’éteint dans l’un des accidents les plus tragiques de la F1.

Le 1er août 1976, l’Autrichien Niki Lauda connaît une mésaventure semblable à bord de sa Ferrari sur le Nürburgring, lors du Grand Prix d’Allemagne. Il parvient toutefois à survivre et reprend même la route des circuits six semaines à peine après avoir cette expérience traumatisante. Il prouve qu’il est une véritable force de la nature en remportant le titre de Champion du monde l’année suivante, puis de nouveau en 1984. Sorti en 2013, le film « Rush », réalisé par Ron Howard met en scène Chris Hemsworth qui prend les traits de James Hunt, l’éternel rival de Lauda, lui-même interprété par Daniel Brühl.

Moins nombreuses et peut-être plus prudentes, les femmes pilotes semblent épargnées par le destin. Toujours est-il que le sport automobile est une discipline risquée dans laquelle chacun doit avoir conscience qu’il met sa vie en jeu. Mais quelle plus belle mort pour un pilote que de pousser son dernier soupir sur circuit ?

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.