Sport

Les plus beaux gestes fair-play du sport

Les montres stars de Baselworld 2014

Le sport est, par définition, basé sur l’esprit de compétition et la concurrence. Or quand le fair-play est de la partie, nous assistons alors à de beaux moments de sport. Rétrospective des plus célèbres.

Le terme fair-play fait référence au respect de son adversaire dans le sport. En France, c’est Pierre de Coubertin qui a le premier fait l’apologie du fair-play. Depuis, il est quelque peu passé aux oubliettes dans certaines disciplines. Mais il anime également un certain idéalisme dans d’autres. Preuve que le sport ne donne pas lieu qu’à de gros scandales, à des affaires de tricheries ou de dopage, mais peut véritablement être une affaire de gentlemans.

Le fair-play reviendrait-il en force?

Trouver le bon équilibre entre esprit de compétition et le respect des règles du jeu et de son adversaire peut s’avérer ardu, surtout pour les gros compétiteurs. Il y a quelques jours seulement, lors d’un match de football du championnat ukrainien, le joueur Jaba Kankava du FC Dnipro a sauvé la vie du capitaine du Dynamo Kiev, Oleg Goussev. Venant de perdre connaissance suite à un choc, celui-ci était en train de s’étouffer en avalant sa langue. Ces images ont crée un véritable buzz sur les réseaux sociaux. En 2002, Serena Williams bat, en finale dames de Roland Garros, sa soeur Venus. On connait la rivalité hors-du-commun qui oppose ces deux championnes. Pourtant, alors que Serena reçoit la coupe des mains de Jean-Claude Killy, Venus prend son appareil photo et se place aux côtés des photographes pour immortaliser l’instant. Ce beau moment de sport reste emblématique pour les fans de tennis. Toujours dans cette discipline, en 1982, lors de la demi-finale de Roland Garros contre l’argentin José Luis Clerc, Mats Wilander refuse la balle de match que lui accorde l’arbitre. Il la juge non valable. Il finit par remporter le match quelques points plus tard. Mais plus d’un quart de siècle après, ce geste laisse encore admiratifs de nombreux sportifs.

Dans un genre plus cocasse, l’équipe saoudienne d’Al Ittihad a également fait parler d’elle pour son fair-play. À la 55e minute de la rencontre, l’attaquant Jobson Leandro Pereira de Oliveira a lacé les crampons du goal de l’équipe adverse, qui avait les mains prises dans ses gants. Le geste a fait réagir les spectateurs, agréablement surpris par cette initiative pour le moins. . . sportive !

Comme quoi, le fair-play est une valeur à laquelle les sportifs tiennent, qui a le pouvoir d’apaiser les moeurs.

Boursorama Lifestyle

All RIGHTS RESERVED.